Vie de Sainte Gemma en français


Vie de Sainte Gemma Galgani en français à partir d'une carte de Saint-écrit en 1915

LA SERAPHIQUE VIERGE GEMMA GALGANI

EN ESTASE
cliquez sur la photo pour l'agrandir

Je voudrais, que mon cœur n'eut de palpl­tations, de soupirs, de vie que pour Jésus; que ma langue ne süt proférer que le nom de Jésus; que mes yeux n'eussent de regards que pour Jésus; que ma plume ne sut écrire que de Jésus, et que ma pensée ne s'envolât que vers Jésus.
-Paroles de Gemma Galgani


La Servante de Dieu, Gemma Galgani, na­quit le 12 mars 1878, à Camigliano, près de Lucques (Italie). Dès sa plus tendre enfance elle parut une créature plus angélique qu'humaine et à peine âgée de neuf ans, elle obtint par ses instances de se nourrir, pour la pre­uiière fois, de la sainte Eucharistie, dont elle éprouvait une fàim si intense qu'on n'eut pu l'en laisser plus longtemps privêe sans danger pour sa santé.
Son humilité fut sans exemple comme son. amour de la souffrance, et, sœur' des anges, elle eut de ces esprits bienheureux la candeur et l'ideale pureté, A un détachement absolude toute créature, la jeune vierge joignait un rare esprit de mortification, tandis qu'une simplicité d'enfant imprimait à sa personne et à ses acte un cachet de grâce naive peut-être unique dans les annales de la sainteté.
Dévorée de zèle pour le salut des pêcheurs, elle s'offrit poer eux en victime d'expiation ; aussi sa brève existen e fut-elle remplie des plus douloureuses épreuves, qui en ont fait un prodigieux martyre.
Son amour pour Dieu croissant avec une étonnante rapidité, elle ,co!'nut bientôt les manifestations mystiques de l'ordre le plus élevé. Alors, son cœur, en proie à de mystê­rieuses palpitations, et trop à l'étroit dans la poitrine, souleva fortement trois côtes, tandis qu le feu céleste dont il était embrasé, brulait les chairs qui le recouvraient.
Pour satisfaire son ardent désir d'être un e­vivante image de Jésus crucifié, Dieu imprima dans sa chair virginale tous les stigmates de sa passion: les déchirures des clous, la blessure de la lance, les piqûres de la couronne d'épines et jusqu'aux plaies de la flagellation. Plus d'une fois, pendant qu'elle s'absorbait dans le souvenir des outrages faits à la Majesté'divine, on vit le sang, comme sous la pression de la douleur, transpirer par tous ses pores, ou jaillir en larmes de ses yeux.
Le Sauveur récompensait son hétolque ser­vante par d'enivrantes délices célestes, et tes plus suaves apparitions de sa sainte humanité et de sa divine Mère: il la favorisait de la prê­sence visible, presque continuelle, de l'Ange gardien.
Ainsi parvenue de bonne heure à un admirable perfection, Gemma s'éteignit le 11 avril l903, dans sa vingt-cinquiè me année consumée bien plus par les ardeurs de l'amour divin que par la maladie, et emportant au ciel, dans sa blancheur immaculée, le lys de l'innocence baptismale. Elle quittait la terre sans avoir vu se réaliser son vœu le plus cher: celui de revêtir les livrées de Jésus crucifié dans' la Congregation des religieuses Passionistes.
Anjourd'hui Dieu glorifie sa tombe par d éc'atants prodiges et on travaille act vement de la cause de sa béatification
Approbation ecclesiastiqu
________________________________________________________
(retour)
La Vie merveilleuse de Gemma Galgani, véri table drame de l'amour divin a été publiée en italien par son directeur spirituel, le R. P. Germain, passioniste. Elle est déja tradu te en presque toute les langues.

Prière pour obtenir une grace particulière, com­posée par la servante du Seigneur

Me voici A vos pieds sacré, o très doux Jêsus, pour vous exprimer ma reconnaissance pour toutes les faveurs que vous m'avez aeeor­dêes déja, et pour celles que vou voulez me faire encore.
Combien de fois; O mon Jésus, je vous ai invoqué, ,et toujours vous m’avez exaucée. Que de fois j'ai eu recours à vous, et. vous m'avez toujours consolée! Comment vous ex­primerais je ma gratitude, O mon bien-aimé Jésus? Je vous remercie. a is je veux une autre grâce, O mon Dieu: Désigner, ici, la grâce spéciale que l'on veut.- Daignez me l'accorder, s'il vous. Platte. Si vous n’ etiez tout-puissant, je ne vous ferais pas cette demande. O Jésus, ayez pitiê de moi. Mais qu’en tout, votre très sainte volonté s'accomplisse!

Imprimatur:
L.-N. CARDINAL BÉGIN, Archiepiscopus Quebecensis.
Québec. 26 avfil, 1915.
Hôtel-Dieu du Sacré-Cœur, Quebec.

No comments:

Follow by Email

ShareThis