Extases de Sainte Gemma Galgani en français


EXTASES De S. Gemma Galgani (1878-1903)

INTRODUCTION

(*) EXTASE. Dict. Larousse : -État d’une personne qui se trouve comme emportée en dehors du monde extérieur.-

Les extases de Gemma Galgani sont des dialogues, principalement avec Jésus. Elles sont également une source de prières, de supplications et d’actions de grâces d’un rare pouvoir d’édification.
Mais j’aime principalement ses extases parce qu’elles sont en même temps, une grande École de Sainteté pour tous ceux qui désirent savoir comment plaire à Dieu; comment souffrir sans souffrir et mourir dans la plus grande paix de l’esprit.

Nous découvrirons principalement Le Jésus-Pasteur; Guide; Maître; Directeur Spirituel; Sanctificateur et Consolateur.

Peu importe où nous en sommes arrivés dans notre développement spirituel; en suivant Gemma dans ses extases, nous trouverons tous une voie directe vers la connaissance Dieu et de son amour. Nous expérimenterons certainement un approfondissement d’humilité; un redoublement de la foi; plus de paix et de sérénité dans la vie quotidienne et un agrandissement de cœur pour aimer d’avantage toutes les choses du Ciel. Aux côtés de Gemma, nous connaîtrons ‘son Jésus’, si aimable; si aimé et si aimant.

S’il est une chose évidente qui ressort de ces extases c’est que Gemma était éprise de l’amour de Dieu, et Dieu, éprit de l’amour de Gemma…(1) une relation intime que nous pouvons tous connaître à notre manière après avoir suivit les exemples de cette jeune Sainte.

Les ‘Extases’ traduites ici couvre la période commençant le 10 Juin 1902, jusqu’à la fin Août de la même année.

À quelques endroits dans le texte j’ai inséré, pour une meilleure compréhension, un ou deux mots entre parenthèses, marqués d’un astérisque. (*…)

Jocelyn AMADEUS, (Traducteur)

(Le webmaster tient à remercier chaleureusement Jocelyn 'Amadeus', (laïc) pour traduire Sainte Gemma's EXTASES. Mai Dieu le récompense pour ses œuvres. -Glenn Dallaire Webmaster)

_________________________________________________

92. Mardi, 10 Juin 1902

Mon Dieu, laisse-moi dans ton cœur. Ô Jésus, laisse-moi dans ta poitrine sacramentelle, parce que je veux y déposer toutes mes affections. Et toi, ô Jésus, j'ai déjà dit plusieurs fois que je t’accueille avec générosité: n’est-ce pas vrai, mon Jésus?

Combien je t’aime Jésus! Merci! Mais pourquoi agis-tu si amoureusement tandis que je t’ai offensé avec une telle ingratitude? Cette seule pensée devrait me faire devenir une flamme d’amour, si je la comprendrais bien… Je t’aime ô Jésus! En effet, c’est un bien bel amour que d’aimer celui qui n’a pas de colère envers qui l’offense…

Ô Jésus, ô Jésus, si je considère attentivement les nombreuses attentions que tu as pour moi, comme je devrais me distinguer en de nombreuses vertus! Oui c’est vrai, je me distingue déjà ô Jésus, mais en quoi?... En péchés! Pardonnes ô Jésus, ma grande insouciance; pardonne ma grande ignorance.

Mon Dieu! Ô Jésus, mon amour; ‘Bonté Incréé!’ Que serait-il advenu de moi, ô Jésus, si ta sollicitude ne m’avait pas conduite à toi?... Ouvre-moi ton cœur Jésus; ouvre-moi ta poitrine sacrée… Je t’ouvre la mienne… Entre! Feu divin! Brûle-moi, ô Jésus, consume-moi… Mais voici, je le sens en moi Jésus! Un feu… Plaise à toi Jésus, que je m’enflamme toute!


93. Mardi, 17 Juin 1902

Mon Jésus, je me languis… meurs… je meurs pour toi… Jésus, nourriture des âmes fortes : fortifie-moi; purifie-moi; divinise-moi…
Grand Dieu ... Dieu de tout sacrifice, Jésus, aide-moi… rachète-moi. Dieu, engendré de Dieu : viens à mon aide. Tes yeux, ô Jésus, sont continuellement vigilants au-dessus de moi. J'ai soif de toi Jésus, tu ne vois pas comment je souffre le matin avant de me nourrir de toi?…(2) Fais qu’en me nourrissant, je demeure au moins rassasiée.


94. (Alentour de) Vendredi, 20 Juin 1902

Où es-tu mon Dieu! Je me sens subitement restaurée aussitôt que je peux simplement élever ma voix pour te louer; mais comme la joie est courte, mon âme retourne aussitôt dans l'abîme… retourne à ton repos (*mon âme); tu verras que les ténèbres passeront, et tu verras la lumière. Réjouis-toi! Espère en Jésus; en Jésus seul…


95. Dimanche, 22 Juin 1902

Ô Jésus, tu es l’amant de toutes mes affections. Si ta grandeur, ô Jésus, peut s’abaisser jusqu’à la plus vile de toutes tes créatures, comme je le suis, eh bien alors, aide-moi à réparer tous les dommages que j’ai fait avec mes péchés. Mon Jésus!... Oh! Je ne suis pas effrayée car je vis sous la Providence d’un ciel qui est tout miséricordieux… Cher Jésus, je t'aime tellement! ... Je me presserai toujours pour t’aimer; je vivrai pour t’aimer… mourrai pour t’aimer. Cher Jésus, cher Jésus!

…Moi aussi j’ai un grand désir de correspondre à ton amour dont j’ai tellement bénéficiée; oui! Je ferai tout pour toi : Tout ce que tu me demanderas. Mais quoi espérer, ô Jésus, d’une créature capable seulement de t’offenser? …

J'aspire au Paradis ... Quand passerai-je, ô Jésus, des ténèbres à la lumière; de la mort à vie? …de la peur de te perdre à la certitude de te posséder?...

Quand serais-je entièrement rassasiée dans ta divine beauté? Quand me perdrai-je entièrement dans ta divine lumière? …quelle lumière!... c’est une immense lumière, inextinguible, incorporelle… Ô Jésus! Jusqu’à quand Jésus! … Pourquoi ô mon Dieu, me regarder ainsi souffrir?... Et quoi, Jésus? Peut-être méprises-tu ce désire qui est le mien?… Et qui d’autres me l’aurait placé dans le cœur sinon toi?... Viens, viens, ô Jésus, viens me prendre, viens me rafraîchir un peu…


96. Jeudi, 26 Juin 1902

Ton amour ô Dieu a vraiment dépassé toutes limites! Oui, envers moi, il dépasse toutes limites. Ô que veux-tu Jésus? Ô mon Dieu que veux-tu à une créature qui, en idolâtrant le plaisir et qui t’a tourné le dos tellement de fois, tu fais cela?... Tu me laisse toujours demeurer sous le poids de ta divine miséricorde, au lieu de me laisser demeurer sous le poids de ta divine… (*justice?)

Toujours je te cherche ô Jésus; je cherche toujours à promouvoir ta gloire et à n’aimer rien d’autres que ton amour. Réponds-moi ô Jésus; pour quoi ce silence? …Mon Dieu, pourquoi ne me réponds-tu pas? Dis-moi quelque chose. Si tu voulais de moi que j’y corresponde, tu aurais dû m’accorder ces faveurs petit à petit, et non toutes à la fois, comme tu l’as fait.

Ô Jésus, ô lumière, où es-tu?… Illumine mes yeux, ne me laisse pas vivre plus longtemps dans l’obscurité, ô mon Dieu… Quand donc te reverrai-je Jésus? Quoi?... as-tu dis : peut-être que je ne te reverrai plus?... Je ne me rappelle pas que tu m’aies dis cela.

Donnes-moi des ailes ô Jésus, que je puisse voler jusqu’à ton trône… mais il y a beaucoup trop de choses qui empêchent cette âme de voler jusqu’à toi… Tu as émies un ordre Jésus, et tu verras à ce que tous y obéissent. Seul tu demeures ô Jésus, dans mon âme et tu verras à ce que personne n’ose jamais la molester.

Mais ne vois-tu pas? …vraiment ne vois-tu pas…? Quand j’étais petite on me disait que tu étais toujours présent; mais je ne te vois pas… Où es-tu?... Où es-tu parti... sans même me dire au revoir?!...


97. Vendredi, 27 Juin 1902

À vous les Saints, et à vous les humbles de posséder Jésus, mais pas à moi Seigneur. À toi les esprits et les âmes de tous les justes; pas moi, Seigneur. À toi tous les habitants du ciel; pas moi… Puisse-t-ils tous te donner des louanges et des actions de grâces infinies! Mais moi aussi! Moi aussi ô Jésus!… Oui, moi vile, indigne et pécheresse; je désire t’aimer d’un amour qui soit unique! Aides-moi, toi qui es ma force. Le feu! Le feu dans mon cœur, brûle ce matin!... Les paroles de ma bouche… Que je puisse jour et nuit, être capable de méditer continuellement sur ta gloire et ton amour. Mes lèvres sont impures; mon corps entier est impur.

J’ai besoin de toi; pour que tu m’émondes de chaque souillure. Sanctifie-moi ô Jésus! Que ta mémoire… Que ta douceur garde mon âme toujours unie à toi. Fais-moi passer des choses visibles à celles qui sont invisibles; des choses terrestres aux célestes.

Ô mon Dieu! Mon Jésus! Que dis-tu ô Jésus?... Ô véritable amour, tu es mon Dieu; car tu me fais toujours sentir que je suis en mouvement vers toi. Tu me fais toujours sentir que je suis portée vers toi; j’espère toujours t’atteindre. Lorsque je m’entretiens avec toi, je me sens revivre! Mais quand tu me laisses, je me sens perdue et déchue…

La foi me dit qu’elle a été placée dans le cœur pour éclairer mes pas… aussi longtemps que je vivrai dans ce corps fragile. Faites, ô mon Dieu, que quiconque te connaît, connaisse la vérité et l’éternité.

Voici les paroles que m’a enseignées mon père : Qui est comme toi, ô mon Dieu?... Qui est semblable à toi, ô mon Dieu?... Qui?... Tu es un Dieu Tout-Puissant! Mon Jésus, véritable amour, tu es mon Dieu!…


98. Samedi, 28 Juin 1902

Seigneur, si tu le veux tu peux me sauver; mais le nombre des misères que je porte avec moi est grand et infini. Ô Jésus, rappelle-toi ta miséricorde…

J’espère ô Jésus... Comme tant de fois auparavant je t’ai confessé être présomptueuse en quelque chose, mais j’ai espéré en mes propres forces…. Mais quand j’ai commencé à agir seule, c’est là que je suis tombée et que j’ai perdu tout ce que tu m’avais fait gagner. Mais rapidement ô Jésus, tu m’as éclairé et j’ai réalisé que ce que je croyais, était en réalité de l’indépendance, et que je ne pouvais rien faire par moi-même. J’avais la volonté mais il me manquait le pouvoir; ou si j’avais le pouvoir, il me manquait la volonté… Mais je ne possède rien pour me glorifier devant toi!... Tu m’as aimé, moi, ô Jésus… Tu as choisi de me préférer à tant de créatures. Je suis reconnaissante de tes faveurs, mais je reconnais ma misère toujours davantage…. Ne t’attends à rien venant de moi… que peux-tu attendre d'un peu de boue, capable seulement de t’offenser?...

Je te donnerais bien de l’amour, mais je n’en ai plus, parce que je n’ai plus de cœur!...(3) Et puis, ô Jésus, ne me demande pas l’amour que par gratitude, je te dois …. Oh, si je pouvais te contenter de la même façon dont tu me contentes!...

Mon Dieu, mon aide… ma force… mon soutiens… ma lumière!... Éclaire mes pas…. Où es-tu allé, mon amour?... Où t’es-tu caché?... Pourquoi ne te laisse-tu pas voir?... Si je ne puis te voir parce que je suis vivante, et bien fais-moi mourir comme je le désire. Je désire mourir mais c’est pour venir et être seule avec toi.

Où t’en es-tu allé mon Jésus?... Beauté infini; où t’es tu caché?... Où dois-je te rechercher, ô Jésus?... Fais-moi te voir une seule fois encore…. Mais peut-être ô Jésus, m’as-tu dit que je ne te verrai plus sur cette terre?... Je ne m’en rappelle pas. J’ai tellement envie de te voir, ô Jésus…. Mais je te ressens, et cela devrait me suffire…. Quand j’étais petite on me disait que tu étais toujours présent…. Ô pourquoi je ne te vois pas?... Consume ce corps, ô Jésus…. Romps ces chaînes… je ne serai pas heureuse jusqu’à ce que mon âme libérée et seule, s’envole à toi. Quand pourrais-je totalement me réjouir en toi? Ô amour de douceur!... Ô douceur de l'amour!...(4)


99. Dimanche, 29 Juin 1902 (9:00am)

Je brûle Jésus... Je t'ouvre mon cœur ce matin ... Tu es divin : dissipes ces ténèbres… lève toutes les ténèbres, afin qu’avec une flamme, tu te révèle totalement toi-même. Je t’aime, mais c’est peu de chose. Fais que je t’aime encore plus… tu es immensément grand mon Dieu!...

(2e entrée : 10:30am)

Ô qui me donnera les plumes de l’aigle? Qui me donnera les plumes de la colombe que je vole jusqu’à toi?... Donne-moi, ô Jésus, les ailes de la contemplation. Comment voler jusqu’à toi? Il y a tant de choses à traverser!... Traverse toutes les choses créées; brise ces chaînes qui m’empêchent de m’envoler jusqu’à toi…
Il y a également tant d’autres choses, ô Jésus, qui raniment mon âme et la nourrie quand je les contemple… mais en aucune d’elles je demeure rassasiée; en aucune je ne trouve le repos. En toi seul, ô Jésus, en toi seul, cette âme qui est la mienne, ne trouve à se reposer.

(3e entrée, 4:00pm)

Ô Jésus, comment peux-tu demeurer dans l’étroite cellule de mon cœur? Est-ce que tu te sens bien? Dilate ma poitrine car elle ne suffit plus à te contenir… Jésus, permets-moi de donner libre cours à mes affections avec toi….


100. Lundi, 30 Juin 1902

Mon Seigneur Jésus, quand mes lèvres s’approchent des tiennes pour t’embrasser; fais-moi goûter ton fiel (*amère). Quand mes épaules s’appuient sur les tiennes, fais-moi ressentir les coups de fouet. Quand ta chair se communiquera à la mienne, fais-moi ressentir ta Passion. Quand ma tête sera tout près de la tienne, fais-moi ressentir tes épines. Quand mes côtes s’approcheront des tiennes, fais-moi sentir la lance.

Oh, que pourrais-je te donner pour tous les dons que tu m’as fait; de m’avoir aimé et réconforté comme tu l’as fait?... Et toi, que ne devrais-tu pas t’attendre de moi, vile créature? …et te rendre tout ce que tu m’as donné….
………………………………….
Mon âme, bénis Jésus! N’oublie jamais les nombreux bienfaits qu’il t’a accordés. Vois mon âme : à chaque moment et à chaque instant; je considère et reconnais toutes tes nombreuses bénédictions et toutes tes douceurs envers moi. Pourtant je suis toujours…
…………………………….
Aime ce Dieu qui t’a tellement aimé; élève-toi à celui qui s’est tellement abaissé pour toi. Ne vois-tu pas combien il est fidèle?... Et toi, ô mon âme, sois comme il est avec toi; sois sans taches… sois pure… Aime ton Jésus qui t’a retiré de tant de misères… Aime ton Dieu… Bénis ton Seigneur…


101. Juin-Juillet 1902

Laisse-moi t’étreindre, céleste Époux, source de toutes mes consolations. Ô qui suis-je pour parler ainsi si hardiment avec toi? C’est vrai, je suis votre créature mais je suis mauvaise; c’est vrai que j’ai été faite par tes mains, et ce sont ces mêmes mains, Jésus, que j’ai percées avec des clous… J’ai trop tardé Jésus, avant de venir à toi… Je t’ai trouvé Jésus; je t’ai trouvé Jésus. Je t’appelle; je t’invoque, parce que je suis certaine…

Mais où es-tu, où es-tu caché? Je sens l’odeur de ta présence. Donne-moi des ailes, Jésus, pour voler jusqu’à ta demeure dans le Paradis…


102. Mardi, 1 Juillet 1902

Ici, je suis devant toi, ô Jésus, devant toi je te présente mon âme : cette âme, ô Jésus, que tu as créé par ta Parole, non de substance matérielle, mais par rien d’autre que ta Parole…

Cette âme spirituelle que tu as créée; qui est éternelle; que tu as sanctifiée et purifiée d’un saint bain.(5)
………………………………………
Maintenant je suis satisfaite et n’ai rien d’autre à désirer… parce que tu es là, dans mon intérieur, et si je désirais quelque chose d’autre, il apparaîtrait clair que tu n’y serais pas.
Si le bien nous apporte ici-bas du bonheur, quel bonheur ne vas-tu pas nous apporter, toi qui es le Roi et le Bien même!?... La joie que nous éprouvons ici sur la terre par les choses créées, est totalement différente de celle que nous éprouverons en toi, qui es le Créateur.
Tu vois ô Jésus, quand une créature désire quelque chose, elle meure de désir de la posséder; mais même quand elle réussi à l’avoir, elle n’y trouve pas de contentement; elle n’est jamais rassasiée. Toi seul peux rendre satisfait; toi seul rend immaculés tous ceux qui sont en toi….

Je l’ai trouvé ta demeure, ô Jésus : Tu habites dans cette âme que tu as créée à ton image; non en celles qui préfèrent les choses d’ici-bas.

Ô mon âme si pauvre a comprise; elle a comprise les richesses de ton amour. Mon âme est trop vile, ô Jésus, pour être ta demeure. Elle est trop vile… Ô mon Dieu, si j’étais un tant sois peu certaine de ne jamais t`avoir offensé!...

Ô non, je ne le nie pas; je suis une pécheresse, par contre je ne veux pas désespérer parce qu’en désespérant je nierais que tu es miséricordieux. Mon Jésus, je t’aime; mais si je t’aime peu, fais que je t’aime plus... Je ne le sais pas; non je ne sais pas à quel degré je suis arrivée… je ne sais pas à quel point j’en suis arrivée… quelle mesure est suffisante…

Ô Jésus, comment es-tu installé dans mon cœur?... dans l’étroite cellule de ma poitrine aimante; dis-moi Jésus, comment te sens-tu? Ô Jésus, fais-en ta demeure pour toujours… Fais-en, à partir de ce matin; à partir de ce moment; à partir de cet instant…

Mon Jésus, nous ne nous séparerons jamais plus.

Bien que le cœur humain soit vaste et bien qu’il soit large; devant la force de ton amour, il doit capituler; il doit capituler. Mon Dieu… Mon Dieu…. Mon Père… mon Époux… ma suavité… ma consolation… Consolation de toutes créatures… amour… amour qui me soutiens!

Ô feu qui toujours ardent ne s’éteint jamais; plaise à toi que toute en flamme je me consume! Plaise à toi que ce feu qui est en moi, me rende parfaite! Ô Jésus!...
Ô amour!... Ma vie, mon soutien et ma force!...(6)


103. Mercredi, 2 Juillet 1902 (9:00am)

C’est un amour facile, ô Jésus, que d’aimer celui qui ne s’irrite jamais contre qui l’offense. En effet Jésus, j’ai vu tant de fois que si ta justice avait l’obligation de me punir, tu t’efforçais de prévenir ce châtiment et de le retirer. J’ai trouvé un Jésus tellement infatué de mon cœur, qu’il ne sait pas l’aigrir.
……………………………………
En fait, il utilise tous les moyens pour réparer mes péchés à ma place. C’est presqu’une chance pour moi, d’être née pécheresse, parce que les veines de mon Seigneur sont toujours ouvertes, remplies de ce sang sacramentel!

Ô mon Dieu!... que veux-tu faire, miséricordieux Jésus?... Veux-tu faire miens tous tes mérites? Et approprier pour moi ce qui t’appartiens?...

Mais quelle sorte de cœur ne se laisserait pas submerger par tant de charité? Quelle sorte d’âme ne se laisserait pas gagnée? Quelle sorte de volonté ne se laisserait pas enlever par toi? Ô mon âme, jusqu'à quand veux-tu être aussi avare avec Jésus? Pourquoi être aussi négligente envers Jésus qui t’a faite? Pourquoi aussi paresseuse envers Jésus qui t’a racheté? Qui veux-tu aimer, si tu ne veux pas aimer Jésus? Ô mon Dieu!...


104. Mercredi, 2 Juillet 1902 (2e entrée : 11:00am)

Jésus, Ostie Sainte, à toi je consacre toute ma tendresse. J’ai réalisé, ô Jésus, que ton affection me cherchait, et j’ai couru; ton amour m’appelait, et je suis venue immédiatement. Ô Paradis, Paradis!... Laisse-moi rester, ô Jésus; laisse-moi penser au Paradis. Ô plaise à ta divine bonté, qu’après avoir eu une douleur vive de mes péchés, comme la dernière de tes filles… Ô Paradis! Tu es tellement grand que… qui pourra jamais te décrie?... Jamais un désire ne viendra troubler notre satisfaction, et qui ne deviendra jamais ennuyante. Comme ces âmes sont choisies!...
Comment celles qui s’approchent de toi; qui es tout ‘Lumière’, sont-elles devenues lumineuses également?... Comment se fait-il qu’au milieu de ton Éternité immortelle, des mortels soient devenus des immortels?

Quelle allégresse, ô Jésus, d’habiter dans ton Paradis! N'es-ce pas toi ô Jésus, qui a mit en moi ce désir?… Oui mon Jésus, pour ne rien faire d’autre que ta volonté!...
Jésus dans la vie; Jésus après la vie; Jésus pour l’éternité!... Mon Jésus, mon amour!...


105. Jeudi, 3 Juillet 1902 (9:00am)

Jésus je te vois plus grand que tous les trésors de la terre. Oui mon Dieu si remplit de douceur, et mon Jésus si remplit d’amabilité; à mes yeux tu es plus grand que les plus grands trésors de la terre.

Combien je serais heureuse de m’unir à tes anges! Combien je serais heureuse d’être abîmée dans ta louange! Avec quelle joie resterais-je toujours devant toi! Mais que dirais-je en parlant de toi?... Je dirais ce que je peux mais ce ne serait jamais ce que je devrais. Et si je ne sais pas le faire… devrais-je alors me taire? Non, parce que mon Jésus doit être aimé et honoré par tout le monde! Ne regarde pas aux paroles qui sortent de ma tête; regarde au-dedans de moi…

Chacun de mes secrets t’es manifeste, ô Jésus… Dès lors, tu sais avec certitude que je te désire bien plus que le ciel et que la terre! Ainsi, les seules choses de la terre qui sont dignes d’être aimées sont celles qui glorifient ton cœur…
…………………………………..
Je t’ai aimé ô Jésus… Accorde-moi de t’aimer davantage, de sorte que le jour, mes pensées soient tournées uniquement vers toi, et de même la nuit quand je dors… Je souhaite que mon esprit parle avec toi toujours, et que mon âme converse avec toi à toujours. Je veux encore que mon cœur soit toujours éclairé de ta sainte lumière; que tu sois mon amour et mon guide…

Je souhaite voler de vertu en vertu… si non, je ne pourrai pas venir au Paradis, et te voir; et il y a si longtemps que je ne t’ai pas vu. Mais pour venir au Paradis, tu veux la pureté du cœur. Donne-là moi mon Jésus… Oui, je désire tant la pureté du cœur!...


106. Jeudi, 3 Juillet 1902 (2e entrée : 11:00am)

Ô qui suis-je pour me mettre à parler ainsi à mon Jésus à tout moment?... Ô Paradis! Ô Paradis! Laisse-moi penser à toi!... Au moins quand je serai là-haut, je ne souffrirai plus, je n’aurai plus part aux châtiments et à la douleur d’ici-bas. Ô Paradis! En toi il n’y aura pas de nuit, ni ténèbres, ni changement(7) et ni de temps… Ô Paradis! En toi il n’y aura plus ni… Mais le Dieu des dieux; la Lumière des lumières; le Soleil de la justice est celui qui t’éclairera. Son Cœur Immaculé est ce qui te donnera la clarté du soleil... parce que la consolation est précisément la contemplation de Dieu; le Roi des rois qui demeure au centre du Paradis… Quel grand bien!...
Quelle consolation, mon âme, d’être entourée des Anges et de son Élu!(8)

Les mérites de tout le monde ne sont pas égaux, mais l’allégresse sera propre à chacun. Ô mon âme!... Ô Paradis!... Quand je serai avec toi, je serai satisfaite; je n’aurai plus besoin de…
Ô Dieu…. Permets-moi de m’engloutir dans ta charité et dans ton amour…
Ô Paradis!... mais serai-je jugée digne de voir tes saints murs?... Serai-je jugée digne de voir tes fondements; de voir tes habitants, et ton Roi?... Je me recommande à vous, Anges Saints; à toi mon Ange : ouvre-moi la porte; laisse-moi entrer…


107. Vendredi, 4 Juillet 1902

... Adorable Jésus, le Verbe incréé! ...Ô Mère, ô Mère! Si vous êtes compatissante ma Mère, pourquoi avez-vous abandonné cette fille qui vous aime tant? À part vous, qui écoutera mes prières? Qui exhaussera mes vœux sans vous? Je suis telle une pécheresse… comme un pauvre sans aucune aide. Ma Mère, pourquoi me délaissez-vous? Conduisez-moi aussi au Ciel. Ô Maman, ma Mère, vous êtes une fleur pure qui s’ouvre comme un lys blanc. Reine du ciel… vous qui prenez aux créatures, la partie la plus noble de leur amour… (*mon cœur) Vous me l’avez prise et maintenant vous ne me le rendez plus. Mais depuis que je vous m’avez serré dans vos bras, rien n’est plus terrestre mais céleste.

Redonnez-le-moi! Eh! Maman, vous ne voulez plus me le rendre parce que vous êtes farouche que je le redonne à mon Amour. Alors donnez-le vous-même à mon Jésus.
Oui, Jésus me veut beaucoup de bien, parce que chacune de mes respirations lui appartient; chacun de mes désirs lui appartient; chacune de mes affections lui sont sienne.
Avant de me quitter; vous savez bien Maman(9) : empotez-moi au Paradis avec vous….


108. Samedi, 5 Juillet 1902

Pourquoi t’affliges-tu ainsi mon âme?... Tu offenses ton amour si tu n’embrasse pas la croix pleinement. Ne pense pas au Paradis si tu ne diriges pas tes pensées vers le Calvaire. Ne t’afflige pas mon âme : Depuis l’éternité, tu es l’Épouse de Jésus; unie à ses douleurs, tu es dans l’obligation de vivre crucifiée.

Ô Jésus, ô Jésus, Jésus mon Bien!... Je suis affamée de ton Pain de Vie et j’ai soif de ton sang sacramentel.

Sais-tu mon âme pourquoi je veux que tu embrasses la croix?... Parce que si la verge de la croix ne te frappe un peu, tu es en danger.

Ô Jésus... Je sais que tu chéris la croix, tu y as placé toute ta tendresse et tes affections… Aussi, ne laisse pas la jalousie de ton amour me la refuser parce que je te la demande… Ô crucifie mon âme ou fais-moi mourir. Mon Jésus… mon Bien adoré; combien je t’aime!

J’ai saisie, j’ai saisie mon Jésus; je t’ai bien comprise ce matin… Mon Dieu, je t'aime, je t'aime... Mes affections devraient crier; mes sens devraient crier tous! Qui est semblable à toi mon Dieu?! Qui est semblable à toi parmi les dieux!(10)


109. Samedi, 12 Juillet 1902 (8:30am)(11)

Âme sainte, aidez-moi. Ma Mère, venez à mon aide… Mère Giuseppa, âme sainte, j’ai besoin de vous. Âme d’élite, qui jouissez de la meilleure part avec Jésus, étant l’Épouse de son cœur et en qui vous avez fait vos délices… Je recours à vous se matin en particulier : Faites à Jésus quelques prières pour moi. Âme sainte, prenez un peu de votre grande ferveur pour octroyer à mon âme, malheureuse et besogneuse, le pardon que je n’ai jamais pu mériter…

Encore, encore… je veux encore. Interposez-vous âme sainte, avec votre candide affection auprès de Jésus pour moi, et avec cela il ne vous refu… Encore, encore… Âme sainte, appliquez la valeur de cette charité qui est la vôtre, et avec cela il vous sera possible de réussir auprès de Jésus…

Voyez-vous, chère âme, à quel point je le désire? Si vous ne voulez pas le faire pour moi, faite-le par allégeance à ce Dieu Unique, objet de toutes vos attentions…
Mère Giuseppa, le ferez-vous? …oui c’est vrai? Mais comment ferez-vous s’il oppose des réticences? J'ai dénaturé mon esprit,(12)ge vivante de la beauté incréée de Jésus. Généreux Jésus!...


110. Mercredi, 6 août 1902 (9 :00am)

Cher Jésus, paradis de charité, présage d'amour! Vois ma confusion devant tant de grâces, ô Seigneur, et si tu ne m’aides pas, je deviendrai toujours plus ignorante, et dans l'abondance de tant de bienfait, je deviendrai toujours pire…

Ce que je voudrais? Je voudrais ô Seigneur, que tu m’aides; oui. Je ne voudrais pas venir te recevoir aussi mal disposée. Au moins, rends-moi digne et un peu plus méritante... Avec quoi ô Jésus?... Avec les mérites infinis de ton très précieux sang.
Dis-moi ô Jésus; trouves-tu plaisant d’être avec moi? Moi j’y trouve absolument tout. Plus je pense à toi, plus je te trouve doux et aimable.

Eh, cher Jésus, qu’exiges-tu de moi; qu’exiges-tu?... Je t'aime parce que tu es mon Bienfaiteur, mon Créateur, mon Gardien… Tu es le Consommateur(13) et le Divinisateur de mon âme… Et aussi parce que tu es l’Époux de mon âme…
Je te cherche toujours… je cherche ton affection, ton amitié, ta gloire… Et si tu m’aides, je n’en ferai jamais moins, parce que…


111. Mercredi, 6 août 1902 (11:00am)

As-tu vu, ce matin, ô Jésus? Après t’avoir reçu j’ai commencé à considérer les grandes batailles, lesquelles avec ton aide, j’ai vaincu le démon; et j’en ai compté tellement! Fut-il possible, ô Seigneur que sans ta divine aide, j’eusse pu vaincre en des batailles si fortes? Qui sait combien de fois, si tu ne m’avais pas aidé, ma foi aurait été ébranlée! Si tu ne m’avais pas aidé, mon espérance et ma charité… Mon intellect se serait obscurci, si toi, soleil éterne…

Combien de fois ô Jésus, mon amour se serait affaibli si tu n’étais pas venu la renforcer avec tes caresses! Et dans la (*force de) volonté, qui est la plus nécessaire; combien de fois, dans ma volonté, la paresse s’était installée! Mais toi tu l’enflammais avec ton feu. Je l’avoue : toute œuvre venait de ton amour; toutes victoires, de ton amour infini, et maintenant, ô Seigneur, je ne devrais pas être reconnaissante? Ne vois-tu pas que je ne peux rien faire? Contente-toi du moins de ma consécration à toi avec tous mes sens; tant intérieurs qu’extérieurs…

* * * * *

Ensuite, une chose dont je te promets beaucoup de reconnaissance, ô Jésus : le matin quand je me serai rassasiée de la Sainte Communion…
Eh, l'efficacité de ton amour peut faire beaucoup; il peut faire tout! Ô je te l’ai dit si souvent! Je comprends que je t’offenserais si je préférais ma volonté à la tienne.
Ô que veux-tu que je te demande quand je vois que tu me donnes plus que ce que je t’ai demandé; et me donne au-delà de mes requêtes? Toujours toujours, je te vois soucieux pour moi. Rien! Rien Seigneur que tu ne veux pas!

J'ai commencé ce matin... à tâcher de te servir plus fidèlement. Généreux Jésus!


112. Jeudi, 7 août 1902 (9:00am)

Je voudrais avoir en cet instant, ô éternel Père, le cœur de tous les Anges, le cœur de tous les Saints, de tous les élus, et même de ma Mère céleste, et même avoir celui de ton Fils, pour les offrir tous ensemble en ta gloire et ton honneur!

Bien-aimé Jésus!... Prétendons le cas, ô Seigneur, que tu serais en ma personne et moi, je serais Jésus… Ce que je ferais? Je cesserais d’être pour être toi, ô Dieu! Pourquoi, ô Seigneur, ne te ferais-je pas tout brûler de ton feu divin même, et de ton feu d’amour? Je voudrais enflammer toutes les créatures du monde… Oh oui je le pourrais!...

Vois mon Jésus : j’ai tant de confiance en toi que si je voyais les portes de l'enfer ouvertes, et que je me trouvais sur le bord de l'abîme; je ne désespèrerais pas. Et quand bien même je verrais l’Enfer et le Paradis contre moi, je ne douterais pas de ta miséricorde, parce que je me confierais en toi. Tu es si compatissant et si miséricordieux!...

Je t’ai offensé, je t’ai offensé tellement… Tu dis que c’est de la cruauté que de faire du mal à une quelconque créature; oh, quelle cruauté doit être la mienne, pour avoir offensé un Dieu… un Créateur… un Bien céleste!... Tu m’as fait tant de grâces, donné tant de bienfaits; tu m’as sauvé d’une façon merveilleuse, pourtant mon cœur n’en est pas même ébranlé!... Et comment fais-tu, mon cœur, pour voir l’Unique Fils engendré de l’Éternel Père sur le gibet et ne pas mourir?...


113. Jeudi, 7 août 1902 (11:00am)

Ô Jésus, Jésus!...
(*Jésus) - Quoi; toi encore?
(*Gemma) - Oui!... je te veux à toutes les heures; à tous les instants. Oui!... Mon âme, sois ferme en tes résolutions. Vois mon âme Jésus… Je suis à toi; je suis à toi Jésus…

Mais à tant de gentillesse et à tant d’amour; quelle force ne serait pas vaincue? Quelle volonté ne serait pas conquise? Ô Jésus, tu aurais raison de te plaindre de moi; oui parce que je t’ai offensé…

Eh! Quel non méritant je suis! Il faudrait aussi que je restitue à l’Hôtel plusieurs Hosties volées (*par moi), et tant de Sang…

Mais je te promets de m’amender; à la condition que tu fasses durer le flot de tes faveurs… Pourquoi, de la fange où je suis, m’élèves-tu au Paradis? Fais-moi mourir plutôt que de te manquer de fidélité et d’amour… Mieux vaut vivre dans le châtiment que de vivre en pécheresse…

Que veux-tu? Que veux-tu? Que veux-tu Jésus? Que mon amour soit (*sans cesse) fort et invariable? Alors je la nourrirai chaque jour avec ta Chair et ton Sang. Alors, je serai repais de ton Sang…


114. Vendredi, 8 août 1902 (9:00am)

Quand, ô Seigneur, me laisserai-je vaincre entièrement par tes suaves appels?... entièrement… quand?... Et que reçois-tu en échange de mon ingratitude?... Je suis uni à toi de corps, mais le suis-je de cœur?... Non, non, le cœur est à toi.

Vois, ô Jésus : tu es un Roi fort, courageux, qui part au combat, et qui triomphe toujours dans la victoire. Fais-moi donc grâce pour que je puisse me soumettre à toutes tes voies; que je puisse t’aimer avec tendresse et affection.

Mon bien-aimé Jésus… comme tu es devenu pauvre!... Pourquoi as-tu ainsi besoin de moi?... Et quand bien même tu fusses réellement pauvre, de quelle façon pourrai-je t’assister?...
Alors me voici, ô Seigneur, avec mon corps qui n’est qu’une poignée de poussière, mais aussi avec mon âme Seigneur, que tu fais grande au contraire…

Ô mon âme!... Mon Jésus!... avec quel amour, ô Jésus, puis-je te rendre la pareille?... Viens Jésus, partons! Allons! Allons dans ton Paradis!...
Ah! …mais non, il n’est pas temps de partir encore Jésus, parce que je crains… N’as-tu pas dit, ô Seigneur, que le Paradis est pour ceux qui vivent dans le monde mais qui ne se soucient pas du monde?... Ne m’as-tu pas dit que le Paradis est pour ceux qui sont purs?... Et moi?... Alors que feras-tu de moi?... Qu’en sera-t-il de moi, ô Seigneur?... peut-être ô Seigneur, seras-tu toujours le seul à savoir la fin pour laquelle tu me gardes en ce monde… Pourquoi ne daignes-tu pas le révéler à quelqu’un?...


115. Samedi, 9 août 1902 (9:00am)

Concernant ce que j’ai dit et ce que j’ai fait ce matin à la Sainte Communion. …que grâce à ton précieux sang, tu contribues par ton précieux sang à ce que je sois purifiée... [de mes défauts] Oui… tu le feras… Oui!... J’ai compris que tu as voulu la prière, (*à ce propos) et j’ai reçu tes soins pleins de sollicitude, à mon avantage… Et pourquoi ô Seigneur? Ma nécessité est extrême,(14) et j’en ai reçu le profit aujourd’hui.(15) Je te prie de venir rapidement, cher Jésus. Viens-moi en aide; hâtes mon désir… Donne-moi un coup de main dans cette tâche.
Et quand tu m’auras fait devenir pure et propre, alors oui, je ferai tout; je ferai même ma prière à chaque heure et à chaque moment…
Je ne voudrais pas que sous le soleil de cet auguste Sacrement (*Eucharistique), mes pupilles soient offusquées davantage… Tu te donnes toujours à moi et je deviens toujours plus mauvaise. …cette pensée m’abat tellement! Alors donc, ne viendras-tu plus en ce Sacrement?... Il y a une force qui purifie; une vertu qui détruit tous les péchés… Ô oui viens, viens Jésus-Sacrement!...


116. Samedi, 9 août 1902 (10:00am)

Ô Seigneur, quand je vois les âmes bonnes venir toutes ravies, goûter les délices de ton Paradis en la Communion, je suis émue de tendresse. Mais quand tu y acceptes les âmes mauvaises comme moi, alors…(16)
Ô Seigneur, tu viens à moi remplis d’amour, et je viens à toi comme une pécheresse; et une qui est tellement paresseuse…
Ô Seigneur, laisses-moi le dire… peut-être ainsi, abaisses-tu trop ces choses (*le Corps & le Sang mystiques) en me les donnant… ou veux-tu un changement total dans ma vie… Ô que ferai-je pour être à la hauteur de tes aimables volontés? Souhaites-tu que je change ta couronne d’épines en une couronne de lys?...(17)
À qui dois-je recourir?... À tous tes Saints?... Mais si je te paie avec les mérites d’autrui, je resterai à toujours débiteur… je resterai toujours consciente des nombreuses faveurs que tu m’as faites… Je suis une pécheresse… donc une âme qui dépend entièrement de toi!…
Mets un terme à tes faveurs, ou alors donnes-moi la grâce de pouvoir les honorer et de les gratifier toutes… Entends-moi ô Seigneur, sinon poses une limite à ta générosité…


117. Samedi, 9 août 1902 (11:30am)

Plutôt qu’être dans la misère de me trouver dénuée de ton Pain de Vie… ouvres plutôt mon esprit à ton œuvre sacramentelle… Envers un amant passionné, ô Seigneur, nul besoin de le supplier autant; au premier appel il entend, il accourt et acquiesce immédiatement…


118. Dimanche, 10 août (9:00am)

Mon Créateur... tes douces et charmantes attentions, je les ai très bien remarquées… Il ne me reste qu'à humilier mon âme devant ta maîtresse Majesté. Ce que j’ai l'intention de faire dès maintenant. Mais, cher Jésus, quelle troublante confusion ce matin!... tu as voulu diriger mes pensées vers Saint Laurent, ô Seigneur; mais que m’as-tu fait?... à une de tes disciples pourtant aussi favorisée; privilégiée; je suis toujours embourbée dans les peines, et possédant un cœur ingrat…
Je me sens honteuse parce qu’en considérant sa vie au milieu des nombreuses peines, et moi à l’intérieur de l’Hostie, je jouis des douceurs du Paradis! Ô Cœur de mon Jésus, Cœur suave et trop doux! Si tu veux me donner une belle part, tiens-moi comme lui, au milieu des douleurs; oui Seigneur fais-le pour moi également. Après cela si tu veux me gratifier de bénédictions majeures, tu le feras, mais je ne veux plus venir à toi toujours avec la crainte de t’offenser.
Tu as mit ensemble deux âmes : celle d’un Saint et celle d’une pécheresse… Pouvais-je me sentir plus honteuse?
Par l’entremise de ce même Saint, j’avais l’intention d’offrir mon âme, parce que si je ne le faisais pas je croyais manquer à l’un de mes devoirs et j’avais peur; oui j’avais peur parce que je la savais coupable devant toi. Je voudrais te la faire voir belle, comme (*le jour) où tu me l’as donné de tes mains… Impossible!... Je ne peux plus!... Regarde! Elle est toute liée de chaînes, et quand tu me l’as donné, elle était ceinte de roses… Quand tu me l’as donné, quand tu me l’as donné, elle était resplendissante comme le soleil; et maintenant? Vois comme elle est toute déformée! Hélas!... elle mériterait…
Ah, que penses-tu de moi?... Cher Jésus, cher Jésus!... mais est-ce ainsi que tu me vois?...(18)

Dis-le moi; fais-moi voir avec plus de clarté…
Dis-le moi encore… de nouveau… de nouveau… une autre fois…
Que tu sois bénit!...
Ce matin tu as trouvé en moi…


119. Dimanche, 10 août 1902 (10:00am)

…mon Jésus!... oui, mon Jésus… mon tendre Seigneur!... ce Jésus qui me tient liée avec tant de force amoureuse… ce Jésus qui m’aime. Il est le seul qui ressente avec compassion mes misères… il est le vrai Jésus… Vois mon Dieu! Tant de grâces; tant de dons et tant de faveurs! Si tu les avais donnés à une âme qui pouvait les compenser avec un bon capital de vertus, elle aurait repayé entièrement les bénéfices qui te revenaient. Mais si tu me les prodigue comme tu le fais, fais-le avec un peu moins de générosité… Non, tu n’agis pas mal, ô Seigneur : ce que tu fais est bien fait… mais au moins donne-moi la grâce de pouvoir te les gratifier…
Au moins je t’aime… je ne t’aime pas seulement pour ce que tu donnes; loin de là! Je t’aime parce que tu es mon Jésus… je t’aime parce que tu es le seul qui daigne être aimé de moi… je t’aime parce que tu es bon… je t’aime parce que tu m’as promise; tu m’as juré que tu ne m’abandonnerais pas… je t’aime pour tout ce que tu es, ô Seigneur…


120. Lundi, 11 Août 1902 (9:00am)

Ô amour! Ô amour infini!... Ô dépouille-moi de cette chair, arrache-moi de ce corps, ou arrête parce que je n’en peux plus… Mon corps ô Seigneur n’en peut plus de supporter continuellement toute cette aspiration (*vers toi), alors emmène-moi hors de ce monde, ou arrête…
Ô amour, ô amour infini!... jamais je ne serai dépossédée de ton amour!... Ô amour!... Ô délices d’amour, ô amour qui me délecte tellement… qui jamais ne me tourmente ou me fait de la peine!...
Ô amour, ô amour de Jésus… jamais je ne t’abandonnerai; et ce, pour aucun autre!... Ce peu d’amour que je possède, je ne le céderais même pas aux Saints du ciel; non plus aux créatures (*de la terre). À vous, Saints du ciel et à vous créatures toutes (*mes autres) vertus, mais ce peu d’amour est à moi.
Je ne veux personne; je ne veux que rester en l’amour de Jésus.
Ô amour, ô amour infini!... Vois : Ton amour, ô Seigneur, me pénètre avec trop de véhémence; il pénètre même en mon corps. Quand, quand m’unirai-je à toi ô Seigneur? Comment, devant tant de force d’amour, me tiens-tu encore ici unie à la terre?...
Fais-le, fais-le!... Que je meure; meure d’amour!... Quelle belle mort ô Seigneur …mourir victime de ton amour… victime pour toi!

Doucement, doucement ô Jésus, sinon ton amour finira par m’incinérer entièrement!... Ô amour, ô amour infini!... ô amour de mon Jésus!... Laisse ton amour me pénétrer totalement; je ne veux rien d’autre de toi. Mon Dieu! Mon Dieu, je t’aime. Ô Jésus t’aimerai-je trop peu?... n’en n’es-tu pas assouvi?... Mais ceci dépend de toi, si tu veux que je t’aime davantage; alors je pourrai t’aimer d’un amour singulier.
Oh! Je te l’ai dit tant de fois, ô Seigneur : Si voir pâtir Celui qui m’aime tant, ne met pas fin à ma vie; quelle autre souffrance me donnera donc la mort?...
Ô Seigneur, ce que tu as pâti pour moi et pour les autres pécheurs, est bien suffisant! Oui, cela suffit!... Mes épaules te succéderont pour porter ta croix!


121. Mardi, 12 août 1902 (9:00am)

Adorons et prions Jésus!... Adorons le Dieu immense, immortel et infini. Adorons l’infinie Souveraineté de notre Dieu. Loué sois-tu, ô Père qui nous a sauvé; à ton Fils qui nous a racheté et à ton Esprit Saint qui nous a sanctifié…

(*Elle était ici en présence d’un Ange)
Quelle grâce souhaites-tu que je demande à mon Jésus en dehors de celles qu’Il m’a faites si volontiers et qui me sont si bénéfiques?... L’accroissement en son Saint Amour? Ô amour; ô amour infini de mon Jésus!...(19) (*Elle lui dit) Si tu es mandaté de Dieu; laisses-moi t’embrasser. Si tu es mandaté par le diable, avance que je te crache au visage…
Tu es mandaté par Jésus?... Et qu’ai-je fait pour mériter une telle faveur?
Oui je rencontre Jésus; que j’aime d’ailleurs, et qui semble amoureux de moi également. Mais je n’en connais ni le but et ni le pourquoi.
Je sens qu’il m’a prit le cœur; je sens qu’il m’a prit le cœur et me l’a orné avec son Sang Précieux, mais je n’en connais pas le but non plus…
Il est le Seigneur et le Maître… il fait tout ce qu’il veut.
Mais comment; qu’est-ce que tu fais?...(20)
Non, …non je ne veux pas... je ne veux pas préférer ma volonté à celle de Jésus.
Oui j’en ai vraiment le désire, mais si Jésus ne voulait pas?
Oui : soutenir et tolérer un peu de nourriture seulement.
Je ne peux pas, parce que mon estomac ne le veut pas.
Non, ne me touche pas, parce que mon Père ne veut que personne ne me touche…
Mais tu as la ressemblance d’un homme!... Non, je ne veux pas que tu me touches!
Dis seulement une seule parole…
Te conformeras-tu à ce que Jésus veut?... Ô mon Jésus, je te bénirai en quoi que ce soit que tu décideras de faire; amour infinie! Je ne serai jamais dépossédée de ton amour; je ne le céderai jamais à personne. Ô amour, ô amour infini!...
Ange… Ange! …Mon Jésus m'aime, n’est-il pas vrai?...
Je l’aime aussi… Dis lui que je lui rends grâce de ce qu’il fait pour moi…
Je te vois… je te vois… Ne me laisse pas!... si tu m’aimes ne me laisse pas!... ne me laisse pas... ne me laisse pas!...

Adieu, adieu, oui : Nous nous reverrons au Paradis!...


122. Vendredi 15 août 1902 (9:00am)

Est-ce que je communie d’une bonne façon, ou est-ce que je vole tes Hosties à un grand nombre d’âmes qui en auraient besoin?... je ne pleure pas, je ne m’humilie pas et je ne pense même pas à ce que je fais. Est-ce que je communie de façon malicieuse, ou quoi d’autre?... Enlève-moi ce poids; j’ai besoin que tu me rassures au sujet de ma Communion… rassures-moi… À qui dois-je recourir?… Ne vois-tu pas dans quel état déplorable je suis réduite?... Mon moral est si malade… Ne vois-tu pas ô Seigneur? Après avoir été favorisée de toi par nombre de tes dons…
Toi mon Ange, veilles sur moi!… mais à l’heure qu’il est, tu t’en es déjà retourné au Paradis… Use de tes influentes paroles, et viens souvent à mon aide, toi…


123. Vendredi, 15 août (10:00am)

Ô Dieu, purifie-moi; purifie-moi dans ta bienfaisance… enflamme-moi par l’ardeur de ton feu… je… t’aime, je t’adore; devant toi je me prosterne, à toi je me soumets.
Mais est-il possible que les âmes qui ne veulent pas de toi, n’aient jamais communié une seule fois? Est-il possible qu’elles ne t’aiment pas, simplement parce qu’elles n’ont pas vu là où tu demeures?
Ô mon âme, mon âme,… tu parles tellement, il est vrai, mais réfléchie un peu à toi-même : la fréquence de la Communion… l’union avec le Pain des Anges n’a pas conféré à ton intérieur ce qu’elle a conféré à tant d’autres… Tu reçois la Communion, il est vrai, mais les fruits où sont-ils? Tu ne sais peut-être pas pourquoi, mais je sens que ton Jésus est en ce moment même avec toi, et qu’il te le témoigne… la façon avec laquelle tu t’approches de Lui a trop peu de mérite… trop peu de persévérance… Encore une autre chose : quand tu t’approches de Jésus, comment t’en approches-tu?... Tu communies, il est vrai, avec sa personne mais tu le fais avec une inclination au péché…

Ne vois-tu pas que chaque matin il te montre ses veines ouvertes pour que tu t’abreuves aux fleuves des Béatitudes? Et toi à l’inverse!… Il t’approche ses lèvres… et toi, tu approches les tiennes qui sont impures!…
Je te rends grâce, ô Seigneur, que ce matin, tu m’as donné la lumière de connaître mon iniquité. Je te fais la promesse de renoncer à tout ce qui n’est pas ta volonté; à toute œuvre qui n’a pas ton cœur pour centre, et ta divine volonté pour fin.


124. Lundi, 18 août 1902 (9:00am)

Ô Dieu… mon Dieu!... Ne t’offenses pas si le matin je viens ainsi, telle que je suis. Tu le vois, mon âme est pleine de péchés; plus exactement une habitation pleine de toutes sortes de bêtes. Et toi, fontaine de beautés, comment fais-tu pour vivre au milieu de tant de désordre?... Tu me nourris et me soutiens mais moi, quel nutriment est-ce que je te donne?... Tu paies parmi les lys mais il n’y a pas en mon cœur de telles fleures… Et qu’y trouves-tu?... Dis-le-moi… des épines!... Hélas, ô Seigneur, en mon âme il ne s’y trouve pas d’endroit qui soit plus pur… L’ennemi, tu vois, le démon, me prive de toutes choses. Ô Seigneur! Quel siège te donner en mon cœur?... ‘’Ton lit est en bois d’ébène, tes colonnes sont d’or, et tes marches sont couvertes de pourpre’’(21) mais en mon cœur, ces coloris ne s’y trouvent pas.
J’ai peur; j’ai peur! Trop! C’en est trop, je me jette dans les bras de mon Époux Céleste telle que je suis… Je connais trop bien mon indignité, mais je connais également ta miséricorde…
Et aujourd’hui Seigneur, quelle nourriture te donnerai-je?... Demandes-le moi… demandes-le moi, et ensuite reviens-moi!...


125. Lundi, 18 août 1902 (10:00am)

Jésus… donne-moi un peu de force… cher Jésus!...
Est-il mieux de te recevoir ou de te voir? Oui il vaut vraiment mieux… oui!...
Je suis affligée ô Seigneur, parce que je pense… que même si, années après années je me préparais comme les Anges, je ne serais encore jamais digne de te recevoir… Et puis tu le vois, je suis venue ainsi, mal disposée!...
Alors dis-le-moi, où est passé le lit… dans lequel tu reposais si bien dans mon cœur?...
Y a-t-il cette paix dans mon cœur? Y-a-t-il cette tranquillité dans mon âme?...
Non, je ne veux pas être rassurée; je veux vivre dans ta sainte crainte.
Autre chose qui m’afflige… Tu te souviens Seigneur? Il y a eu un temps où j’avais tout à fait oublié ton infinie beauté et préféré la poussière de la terre.
Ô Jésus, réponds à mes questions… il m’est doux de confesser mes misères devant toi.
Tu le sais mieux que moi; tu sais que j’ai contenté mes yeux pour tout et à tout, et que je n’ai jamais privé mon cœur de rien!… Aide-moi ô Seigneur!... Que je puisse encore me jeter à tes pieds!... J’aime encore la foi. Je le répète mille fois, et je le répéterai toujours : mieux vaut te recevoir que de te voir…(22) Mais dis-moi ô Seigneur : avec quelle nourriture dois-je te nourrir?... Communique-moi ta clarté, communique-moi tes flammes divines… Ô mon Dieu, comment faire pour correspondre? (*à ta grâce) à la force de ton amour?... Il conviendrait bien de t’aimer d’un amour fidèle; d’un réel amour…
Tu te rappelles Seigneur, cette fois où tu m’as dis que dans mon cœur il y avait un mélange d’affections que tu n’aimais pas?... que tu me trouvais trop ‘secrète’ dans les affaires concernant mes affections? Ô Jésus, mon Jésus!... Combien es-tu digne d’être aimé!... Qu’ils ont raison les Anges de ne jamais être rassasiés de te chanter de beaux hymnes!... c’est ce que je devrais faire également, de même que le devraient toutes créatures; par contre…
Je t’aimerai; je t’aimerai toujours : quand viendra le jour; quand il fera nuit; le soir, et à toutes les heures; à tous les moments; je t’aimerai toujours, toujours, toujours…


126. Fin août 1902

Figurons-nous que le ciel est une ‘Académie du Paradis.’ En elle, l’on doit uniquement apprendre à aimer. L’école est au Cénacle; le Maître est Jésus; et les doctrines à apprendre sont : son corps et son sang.

Je réalise bien qu’à moi, tu n’as pas donné de richesses temporelles et passagères; mais tu m’as donné la vraie richesse; c’est-à-dire la nourriture de la Parole Eucharistique. Que deviendrai-je, si devant la sainte Hostie(23) je ne consacrais pas toutes mes affections? L’Esprit de la Parole qui règne dans le sein fécond du Géniteur Incréé, partira et viendra me faire goûter à ses affections.

Ô oui! Je m’aperçois que pour me faire mériter le ciel, un Paradis, tu m’en donnes la Communion ici sur la terre.


127. Vers la fin d’août 1902

Amour de mon amour, Jésus ma joie et mon réconfort! Quelquefois Jésus, ta sévérité m’effraie mais tu me consoles par ton affabilité. Tu seras toujours un Père pour moi, et je serai toujours ta fille fidèle pour toi, et si tu le désire, je serai ton amour…

Fais-moi une petite place en ton Ciboire; toi ma quiétude; mon repos. Très Sainte Trinité, pour ne pas être si ingrate envers mon Jésus, j’offre toutes mes pensées à l’Esprit Saint. Qu’il m’enrichisse de vertus et de grâces. J’ai eu tort de ne pas m’amouraché de toi, ô Jésus… quel bel amour est le tiens, Jésus! Plaise à Dieu qu’il ne soit jamais offensé… Ne permets pas, Jésus, qu’avec mon ingratitude, je jette le discrédit sur ton infinie sagesse. Oh cesse! Cesse avec tant de dons. Jésus, seconde-moi dans la même mesure…
Comment faire Jésus, pour dérober mon cœur à ton feu? Viens Jésus, je t’ouvre mon cœur; introduis y le feu divin. Tu es flamme Jésus, et en tant que flamme, tu veux que mon cœur soit changé.
Mais pourquoi mon cœur ne fait-il pas tous ses efforts pour t’être agréable? Pourquoi mon orgueil ne veut-il pas s’abaisser devant tant de grandes bénédictions?... Aimable Jésus, ma quiétude, mon sommeil, mon repos! Donne-moi une petite place dans ton Ciboire.

_______________________________

(1)- Hormis la référence à une pierre précieuse, le mot ‘gemma’ se traduit pas ‘Bourgeon.’ Gemma portait bien son nom. Elle était tel un bourgeon de fleur, renfermant un trésor précieux, doublé d’une très grande beauté. Jésus a su ouvrir ce cœur et en laisser s’échapper le grand parfum de son amour pour Dieu…

(2)- Gemma se rendait chaque matin à l’Église pour communier.

(3)- La Mère Céleste l’avait prise. Voir Gemma, ‘Journal Personnel’ du 15/08/1900.

(4)- En cette dernière moitié de l’extase, on croirait lire le livre du: ‘Cantique des Cantiques’, dans lequel le Roi Salomon a poétiquement décrit une très belle histoire d’amour, toute enflammée entre deux personnes passionnées l’une de l’autre et décrivant tout à fait la relation d’intimité spirituelle qu’il y avait entre Gemma et Jésus.

(5)- Gemma fait référence à un texte de S. Paul à propos du baptême : ‘…afin de la sanctifier par la Parole, après l'avoir purifiée par le baptême d'eau.’ (Épî. S. Paul aux Éphésiens, 5 :26)

(6)- Euphemia, l'auteur de la transcription, dit au Père Germano: "Ce matin la chère Gemma a parlé beaucoup plus qu'à l'habitude. J'ai écrit presque tout. Mais vous voyez où sont les points? Ne soyez pas perplexe, c'est là où il manque des paroles que je n'ai pas pu entendre parce qu'elle parlait tout-bas.
Croyez-moi Père Germano, lorsque nous nous trouvons en de tels moments, devant la sainteté d'une telle âme, il nous semble être en Paradis même!"

(7)- Il m’a semblé particulièrement important d’exposer le plein sens des mots : …plus de changements. Synonyme : De troubles, de pagailles, de dérangements, de branle-bas, de perturbations, de bouleversements, de désordres. Antonymes : Stabilité, ordre, calme et permanence.

(8)- L’Élu de Dieu n’est nul autre que son Fils Jésus-Christ : ‘’Celui-ci est mon Fils Élu : Écoutez-le!’’ (Évang. S. Luc, 9:35) ‘’C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a conféré le nom qui est au-dessus de tout nom.’’ (Épî. Colossiens, 2:9)

(9)- C’était presque devenu une habitude chez Gemma : À chaque fois que sa Mère céleste venait la voir, elle lui demandait de l’emmener avec elle au Paradis.

(10)- Paroles des Psaumes : ‘Ô Dieu, qui est semblable à toi?’ (Ps. 70:19) Et aussi : ‘Ô Dieu Personne n’est semblable à toi parmi les dieux.’ (Ps. 85:8)

(11)- On parle même de cet entretien avec la M. Giuseppa, Passioniste, dans une lettre de Gemma au P. Germano, 20/07/1902. Du 5 Juillet au 6 août 1902 nous avons seulement cet entretien, écrit de Cecilia. Eufemia était partie le 5, pour Viareggio.

(12)- Qui sait à quel point un seul péché peut ravager une âme?...

(13)- Jésus se nourrit de notre foi. La foi qui est consommée par Jésus redescend en nous en matière spirituelle de sainteté.
cf. ‘…nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine.’ (II Pierre 1:4) ET ‘Il a amené à la perfection pour toujours, ceux qui sont sanctifiés.’ (Héb. 10 :14) Voir Gemma, Extase du 17/06/1902.

(14)- ‘Ma pauvreté spirituelle’ ; ‘mon besoin de grâce.’ Etc.

(15)- L’apôtre Paul accuse une expérience semblable dans sa vie. Il a écrit : ‘Le Seigneur m'a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.’ (IICor. 12 :9) ‘Les saints eux-mêmes ont des défauts. Les plus grands saints ne sont pas ceux qui en ont le moins; ce sont ceux qui leur mènent la vie la plus dure. Il faut des matériaux pour produire une œuvre. C'est avec ses défauts que l'âme fait sa sainteté. ...Ne nous alarmons donc pas trop d'avoir des défauts puisqu'ils sont la matière première de notre sainteté. Une vertu c'est un défaut sur lequel on a frappé souvent et qu'on a frappé longtemps. (Père Joyard)

(16)- L’élévation et la sainteté d’une âme est inversement proportionnelle à la profondeur de son humilité.

(17)- Notre ‘povera Gemma’ était dans un état d’âme, douloureux à ce point, qu’elle s’identifiait elle-même à la couronne d’épines qui faisait souffrir le Seigneur...

(18)- Entre ici et les phrases suivante il y a trois petits points, ce qui signifie que des paroles ont été prononcées mais n’ont pas été consignées. Cependant le contenu nous permet de croire que Jésus a dû la réconforter et lui dire de bien belles paroles de consolation et la rassurer de Son Amour immuable pour elle. Ces paroles ont dû être très réconfortantes puisque Gemma voulait les entendre encore et encore …

(19)- Gemma adore Dieu aux côtés de l’Ange, mais parce qu’il semble se détourner un peu, elle craint que ce soit le diable. Elle le met donc à l’épreuve… À partir d’ici s’engage un dialogue. Nous ne pouvons pas entendre les paroles de ‘l’Ange’ car Gemma est dans une extase dans laquelle il lui est donné de voir et entendre, mais pas les autres. Le témoin scribe ne pouvait donc écrire que les paroles de Gemma.

(20)- Selon un livre de Souvenirs que tenait Mme Cécilia, l’Ange s’était approché pour la toucher et la guérir.

(21)- Citation biblique partielle, tirée du livre des ‘Cantique des Cantiques’ (chap. 3, v.10)

(22)- Mieux vaut communier avec l’esprit de foi et en recevoir la grâce, l’amour et la pureté de Jésus en nous, que de voir des miracles… Et si, même en communiant souvent, nous nous contentions uniquement de regarder l’Hostie et de la mettre dans notre bouche sans avoir vraiment préparé nos cœurs à recevoir Jésus en nous; quel avantage nous en reviendra-t-il? Nous comprenons maintenant ce que Gemma voulait dire. Mieux vaut bien recevoir Jésus une seule fois, que de mal communier dix fois. Il est écrit : «Je vous l'ai dit, vous m'avez vu, et vous ne croyez point.» (Évang. S. Jean 6,36) «Mais à tous ceux qui l'ont reçu, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu.» (Évang. S. Jean 1,12) Ainsi, Jésus atteste lui-même les paroles que Gemma a dites.

(23)- Hostie : lat. hostia qui signifie ‘victime’. L’Hostie donne et appelle l’amour.

No comments:

Follow by Email

ShareThis